Les candidats du Parti au débats TV :

Meeting de la secrétaire générale Louisa Hanoune

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Le Parti qui dit ce qu'il fait et qui fait ce qu'il dit

A l’approche de l’ouverture, le 9 avril courant, de la campagne électorale, pour les législatives du 4 mai prochain, le gouvernement, les partis qui y siègent et ceux de l’allégeance, sont devenus hystériques quant à l’éventualité d’une forte abstention. Même des partis dits de l’opposition, notamment islamistes, ont rejoint la meute se livrant à un matraquage insupportable et à une surenchère sans précédent, alliant menaces, insultes et accusations gravissimes de trahison …

Bien évidemment tous ces partis deviennent muets devant la flambée criminelle des prix des produits locaux, dont les fruits et légumes, l’explosion des factures d’électricité et d’eau et autres services, réduisant en peau de chagrin un pouvoir d’achat laminé depuis 2015, dans une descente aux enfers d’une extrême brutalité.

Et, ils se taisent alors que le gouvernement, méprisant, annonce davantage d’austérité et de régression, sur tous les plans, pour la majorité déjà meurtrie alors que les prédateurs s’accaparent ouvertement des marchés et fonds publics, intarissables quand il s’agit d’eux.

Dés lors, il apparaît clairement que c’est la politique désertificatrice du gouvernement anti-sociale et anti-nationale, un gouvernement qui agit avec insolence, comme s’il était éternel, qui sont à l’origine de la défiance à l’égard du scrutin. A cela s’ajoute la mafiotisation de la pratique politique qui entache le scrutin dés sa première étape.

Pour sa part, le PT respectera la décision de chaque citoyenne et chaque citoyen concernant le scrutin.

Et nous savons que l’odieuse campagne contre les abstentionnistes ne fera que renforcer leur nombre.

 Le PT qui dialoguera avec les travailleurs et jeunes durant la campagne électorale, les invitant à utiliser le scrutin comme un moyen de lutte, pour défaire les politiques régressives du gouvernement et sanctionner les partis qui les soutiennent, afin d’ouvrir une issue positive, apportera dans le même temps, son soutien actif aux luttes des travailleurs dont la mobilisation qu’organise l’intersyndicale en défense des acquis socio/économiques et syndicaux.

C’est, en effet, sur ce terrain là que se situe, dans la clareté, la confrontation entre les aspirations de la majorité et le rouleau compresseur du gouvernement.

Et c’est, en substance, ce que les citoyens d’El Oued invités à prendre la parole dans le cadre d’une rencontre du premier ministre « avec la société civile » à l’occasion de sa visite dans cette wilaya ont traduit.

Ainsi, bien que les participants aient été sélectionnés, comme d’habitude, avec rigueur, tous ceux qui sont intervenus dans le débat ont posé des revendications élémentaires, répétant, à propos de l’argument fallacieux de la crise financière pour justifier l’austérité, « débrouillez-vous » !! « Dabbrou Rousskoum » !

C’est là une expression claire d’un état d’esprit très combattif, chez la majorité du peuple, et qui a parfaitement identifié la source de ses malheurs et privations à savoir le gouvernement et ses supports, les partis de l’alliance, ceux de l’allégeance et l’oligarchie prédatrice.

C’est précisément pour situer ces responsabilités, présenter les solutions à la crise multiforme qui menace de broyer notre pays, et donc aider la mobilisation grandissante que le PT a choisi comme mot d’ordre de campagne : assez ! assez maintenant !!

 

Louisa Hanoune

Le 5/04/2017

L’édito Fraternité ! 95